Mini En Mai 2020 - Pas vraiment la course à laquelle je m'attendais...

𝗠𝗮𝗿𝗱𝗶 𝟵𝗵 / 𝗛 - 𝟮

La pression monte avant de quitter le ponton… Cela fait 1 an que j’attends cette première et on y est enfin ! Malheureusement dès le départ, c’est la douche froide : mon pilote automatique refuse de se mettre en route. Sans lui, impossible de prendre le départ. Mais grâce à Erwan Le Mené, notre coach, et un de ses copains, une solution est trouvée. Merci  Aurélien ! 💪
Soulagé, je me dirige vers la ligne de départ mais j’ai bien vu le moment où j’allais faire demi-tour… Grosse frayeur !

🟢 𝗧𝗢𝗣 𝗗𝗘𝗣𝗔𝗥𝗧 🟢

Le 3e départ est enfin le bon et dans un vent faible, les 60 bateaux se mettent à glisser à travers la baie de Quiberon. Mon départ est acceptable, je me situe dans le paquet et arrive à suivre les bateaux de devant. A la sortie de la baie, j’ai même l’impression d’avoir gagné quelques places ! 📈
La suite de la journée est plus compliquée car j’ai du mal à trouver les bons réglages pour faire fonctionner le bateau au près. J’ai l’impression d’être arrêté par rapport aux autres c’est super frustrant… Je prends donc le parti de rester au Nord de la flotte, pour profiter au plus tôt de la rotation attendue. J’espère pouvoir me refaire ! 👊
Dans la nuit, je parviens à me replacer dans la flotte, on dirait que ça a payé !

🥴 𝗝 + 𝟭 – 𝗚𝗲𝗼𝗺𝗲𝘁𝗿𝗶𝗲 𝘃𝗮𝗿𝗶𝗮𝗯𝗹𝗲

A l’approche du Raz de Sein, j’ai toujours les mêmes difficultés au près et je concède de nouveaux des places… C’est rageant mais ce qui sera déterminant sera surtout le passage du Raz de Sein. Il faut donc aller se placer intelligemment le long de la côte pour se protéger du courant contraire le plus longtemps possible. Passer contre le courant est super difficile mais si je ne passe pas, je vais accumuler un retard monstre !
Une première tentative de passage se solde par un échec mais je retente aussi sec, c’est laborieux mais ça passe ! On longe le rocher de la vieille à 3 de front avec Jean Marre et Victor D’ersu… Dans les vagues, quasiment à pouvoir se toucher, c’était dingue ! 😲 Et surtout, en parvenant à passer rapidement, on gratte des places !
Puis à nouveau du près, et à nouveau je cède du terrain. Mais plus grave, mes batteries ne se rechargent quasiment pas… ça ne présage rien de bon. ⚠
J’atteins la marque la plus au Nord du parcours dans l’après-midi et entame la longue descente qui va nous emmener jusqu’à l’île de Ré ! 🤙 Mais à nouveau le sort s’acharne car ma drisse de spi se décroche et file en tête de mât… Argh au pire moment ! 😭

♻ 𝗝 + 𝟮 – 𝗔 𝗹’𝗲𝗰𝗼𝗻𝗼𝗺𝗶𝗲

Pour économiser de la batterie, je passe une grosse partie de la nuit à barrer et comme je suis désormais limité dans mes voiles, je décide de rester proche de la route pour aller au plus court. Quelques petits assoupissements plus tard 💤, j’atteins le plateau de Rochebonne puis l’île de Ré. Ça sent le retour !

🏴 𝗝 + 𝟯 – 𝗕𝗹𝗮𝗰𝗸-𝗼𝘂𝘁

Je contourne l’île de Ré au tout début de cette 3e nuit puis entame la remontée en zigzaguant entre les bouées, les bancs de sables, les concurrents… C’est qu’il y a du monde ! 👀
*Bip* *Bip* *………….* Ce que je craignais arriva : plus de batterie ! Tout s’éteint et il ne me reste plus que mes yeux pour pleurer. Sur la cartographie de la course, cela correspond au moment où ma trajectoire diverge du reste de la flotte, car je perds mes repères. 😵
Et au petit matin c’est la double peine… Je tombe dans une zone complètement sans vent ! Ma trajectoire devient alors totalement incohérente car je tente de trouver du vent à droite, à gauche ! 🌬 Je finis par en trouver vers midi et peut enfin reprendre ma route vers le Nord. Je constate avec joie qu’en attachant correctement la barre, le bateau tient une trajectoire tout à fait satisfaisante ! Je vais donc pouvoir me reposer un peu. 😀
A la tombée de la nuit, je suis quasiment au niveau de l’île d’Yeu… Je progresse !

🏁 𝗝 + 𝟰 – 𝗟’𝗮𝗿𝗿𝗶𝘃𝗲𝗲 !

Dans la nuit, le vent tourne et me permet de faire enfin route directe vers l’arrivée, YES ! Je passe le phare des Grands Cardinaux, sur l’île d’Hoëdic, en début de matinée. Il marque mon retour dans la baie de Quiberon. ✌️
Je parviens à couper la ligne en début d’après-midi, juste avant que le vent ne tombe complètement. Quel soulagement après toutes ces galères ! Trop heureux d’avoir atteint l’arrivée ! 😁 D’autant plus que je suis accueilli en fanfare par la famille et des copains, venus à ma rencontre dans le chenal !
C’est certain, je me souviendrai longtemps de cette première course !